Côte d’ivoire : La police nationale compte aller arrêter le Secrétaire Général du FPI à son domicile

#CIV: POLITIQUE/TENTATIVE D’ENLÈVEMENT

Cet apres midi vers 15h, Les militants du Front Populaire Ivoirien ont accouru vers le domicile du Dr ASSOA ADOU, pour assister au tournage d’enlèvement du Secretaire Général dudit parti.

#REZOPANACOM

La police nationale compte aller arrêter le Secrétaire Général du FPI à son domicile

URGENT : la Jeunesse du FPI en bouclier humain au domicile d’Assoa Adou

#MobilisationChez le SG #AssoaAdouLes délégations arrivent pour veiller chez le SG #AssoaAdou.#bouba225 🐻 #Cac #General

Gepostet von Boubakar Camara am Montag, 23. März 2020

#MobilisationChez le SG #AssoaAdou

19h30 : les ivoiriens se mobilisent et envahissent progressivement la résidence du SG #AssoaAdou pour faire barrage à une tentative honteuse d’enlèvement.

Dramane ajoute la goûte d’eau qui fera déborder la vase déjà pleine.

STOP DICTATURE !
La lutte continue

#bouba225 🐻 #Cac #General

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et foule

——————————–

#Civ225, #FPI, #PolitiqueNationale

Le pouvoir de Dramane Ouattara en conflit avec les lois ivoiriennes

Après l’enlèvement manqué du Docteur Assoa Adou, Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien, dans la nuit du vendredi, il est convoqué à la préfecture de police. Ses avocats dénoncent un vice de procédure et demandent au procureur de la République de veiller au respect des droits de l’ancien ministre, ancien député, Dr Assoa Adou.

Communiqué de presse
============1=
Le samedi 21 mars 2020, la Préfecture de Police d’Abidjan a délaissé au domicile de Monsieur ASSOA ADOU, le Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien, une convocation l’invitant à se présenter au service des enquêtes générales de ladite Préfecture le lundi 23 mars 2020, à 10 heures.

A cet effet, respectueux des institutions de la République en général et de la justice de son pays en particulier, Monsieur ASSOA ADOU, se tient disponible pour répondre aux Autorités judiciaires.

Cependant, Monsieur ASSOA ADOU et ses Avocats constatent que la convocation de la
Préfecture de Police intervient, alors que la procédure spéciale liée aux qualités d’ancien
Député et d’ancien Ministre de Monsieur ASSOA ADOU n’a pas été observée.

Le collectif des Avocats de Monsieur ASSOA ADOU rappelle qu’en application des
dispositions de l’article 17 du code pénal, si la loi pénale s’applique à tous également par principe, cette application doit tenir compte de la qualité spéciale de certaines personnes.

Or, il est de notoriété publique que Monsieur ASSOA ADOU est ancien Député élu dans la
commune de Cocody (2000-2010), ancien Ministre de la construction et de l’urbanisme, ancien Ministre des eaux et forêts et ancien Ministre de la défense (2000-2005).
A ce titre, Monsieur ASSOA ADOU bénéficie de plein droit des dispositions de l’article 43 de la loi n°2005-201 du 16 juin 2005 portant statut d’ancien Président de la République, ancien Chef ou Président d’institution nationale et d’ancien membre du Gouvernement.
L’article 43 de la loi susvisée dispose que « la procédure applicable en matière de poursuite ou d’arrestation d’un ancien membre du gouvernement est celle prévue au titre 9 du code de procédure
pénale pour les crimes et délits commis par des magistrats et certains fonctionnaires ».
La procédure visée au titre 9 du code de procédure pénale impose au Procureur de la
République qui entend poursuivre un ancien Ministre ou un ancien Député, d’adresser
préalablement requête au Conseil Supérieur de la Magistrature qui seul, est habilité à autoriser
les poursuites.
Le collectif des Avocats de Monsieur ASSOA ADOU a donc saisi ce jour par courrier, Monsieur le Procureur Général près la Cour d’appel d’Abidjan en sa qualité de surveillant de la police judiciaire et Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance d’Abidjan en sa qualité de directeur de la police judiciaire afin de leur demander d’inviter le Préfet de police à se conformer à la loi. Ampliation de cette lettre est délaissée au Préfet de police d’Abidjan, à la Conseil National des Droits de l’Homme, à Madame la Secrétaire d’Etat en charge des droits de l’homme et à Monsieur le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats.

Fait à Abidjan, le 23 mars 2020.
Le collectif des Avocats de Monsieur ASSOA ADOU.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *