LIVE Discours de Donald TRUMP à CPAC 2021 traduit en français

The Donald n’aura pas laissé beaucoup de répit aux Démocrates, ni aux quelques Républicains qui avaient cru en avoir fini avec lui.

Le voilà de retour dans un show qui sonne son retour dans l’arène politique. Devant le rassemblement annuel des conservateurs, l’ex-président des Etats-Unis est sorti de sa retraite pour promettre un avenir radieux au « trumpisme ».

« La Maison Blanche ? Qui sait, je pourrais décider de gagner pour la troisième fois » lance-t-il devant les membres du Grand Old Party réunis le 28 février à Orlando, en Floride pour la Conservative Political Action Conference.

Et puis :

« Je ne suis pas en train de créer un nouveau parti : c’était une fake news. »

Le retour sur la scène politique de l’ancien président au Hyatt Regency d’Orlando où il monte sur scène pour clôturer les travaux de la Conférence des conservateurs américains (CPAC), est un véritable spectacle dans le parfait style Trump. Et son message est sans équivoque : je suis toujours le leader.

Il est prêt à reprendre le Grand Old Party et à lancer le New America First Agenda, en dictant les thèmes sur lesquels construire la plateforme qui permettra aux Républicains de regagner du terrain au Congrès en prévision des élections de mi-mandat de 2022, puis de viser la reconquête de la Maison Blanche en 2024. « Plus le défi est grand, plus la tâche est difficile, plus nous devons être déterminés à réussir et à gagner », a déclaré Trump. Les priorités indiquées dans son discours sont celles qui ont toujours été au cœur de sa ligne politique : l’immigration, la sécurité publique et le commerce.

Il demande au Grand Old Party d’être « uni »:

« Nous ne fondons pas de nouveaux partis, nous ne diviserons pas notre pouvoir et notre force. Au lieu de cela, nous serons unis et forts comme jamais auparavant. »

« La seule division est entre une poignée de politiciens de l’establishment de Washington et tous les autres dans le reste du pays », poursuit-il. Cependant, il pointe du doigt les « traîtres », c’est-à-dire les Républicains qui, à la Chambre et au Sénat, ont voté sa condamnation dans le cadre du processus de destitution après l’assaut du Capitole le 6 janvier dernier. Parmi eux, Liz Cheney, fille de 54 ans de l’ancien vice-président de George W. Bush, Dick Cheney, représentante de l’aile modérée et de l’establishment traditionnel. « Je ne pense pas qu’elle devrait jouer un rôle dans l’avenir du parti, ou du pays », s’est exclamé Trump.

Au cours de son premier discours de retour, l’ancien président des Etats-Unis n’a pas manqué d’attaquer son successeur, qui pour le magnat a eu « le premier mois le plus désastreux de tous les présidents de l’histoire moderne ».

Le discours de Donald intervient à la fin des travaux du CPAC, juste avant le traditionnel « scrutin présidentiel », au cours duquel les participants sont invités à indiquer qui est le candidat présidentiel préféré.

Dès la veille, les sondages indiquaient une nette avance en faveur de Trump, un moyen de faire comprendre aux autres aspirants candidats du GOP qu’au moins pour l’instant, l’espace pour les ambitions, avec The Donald sur le terrain, est limité. Le message s’adresse principalement à certains des absents les plus en vue, tels que l’ancien vice-président Mike Pence, le sénateur Mitt Romney ou l’ancien ambassadeur de l’ONU Nikki Haley. Au lieu de cela, les loyalistes de Trump étaient présents, à commencer par l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo.

Francesca de Villasmundo

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *