Z et ses chimères intellectuelles

« Les classes populaires sont analphabètes »…
Comme Macron parlant en 2014 des salariées de l’usine Gad, Éric Zemmour révèle sa vraie nature, lui qui n’a jamais cessé d’être l’homme des déjeuners en ville dans les 3 étoiles, de la piscine dans les palaces, des vacances au bout du monde et de la connivence mediato-politico-salonnarde.
La rancœur, l’amertume, l’aigreur n’expliquent pas tout. Les ajouts cosmétiques dont s’était badigeonné Zemmour pendant sa campagne pour tenter de cacher sa vraie personnalité se sont écaillés dès son échec avéré. Au moment où son parti est secoué par une crise potentiellement létale, il ne reste plus qu’un petit homme riche, au cœur sec et à l’arrogance recuite, enfermé dans ses chimères intellectuelles, perdu dans ses rêves impériaux, qui ne connaît pas la France et surtout, surtout n’aime pas son peuple.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *